French Arabic Chinese (Simplified) English Japanese Spanish

Totolo Kusa

samedi, 03 octobre 2015 09:38

Extraits

Les frères de coeur du marché

Si vous passez par le marché de Suva un samedi soir, rendez vous dans la zone où sont normalement vendues les kai (moules de rivière). Si vous êtes à l’heure, autrement dit entre 18h et 20h, vous risquez d’apercevoir un groupe d’hommes en train d’installer leurs instruments de musique. Vous pourriez même assister à leurs ferventes prières au rythme du gospel. Le brouhaha et la pagaille d’une place de marché : c’est bien là le dernier endroit où on s’attendrait à trouver un groupe de musiciens qui se donne en spectacle. Le groupe qui s’y produit tous les samedis se fait appeler Street Survival, un ensemble musical de gospel basé dans la périphérie de Nausori, qui a récemment sorti un album de 8 morceaux intitulé Totolo Kusa. Mené par leur chanteur à la voix rauque Kiniviliame Cava, ce groupe a occupé la scène à plusieurs reprises au cours de la dernière décennie, bien que se présentant initialement sous des noms différents. L’ensemble musical avait déjà sorti deux albums sous les noms de Mustard Seed et Faith Brothers .

Si les dreadlocks et le « reggae one drop » ne correspond pas vraiment au gospel que les Fidjiens ont l’habitude d’entendre, les textes de Street Survival déborde d’un message clairement adressé à la jeunesse du pays. Tel que Cava nous l’explique, le choix du marché de Suva en tant que base officieuse s’explique par la volonté de diffuser un message sain et bienveillant à l’intention des jeunes.

« Nous voulons transmettre un message d’espoir à la jeunesse », explique le Nadali. « Nous avons fini par considérer les hommes et les garçons du marché comme des frères de coeur , puisque nous interagissons avec eux semaine après semaine ».

« Nous sommes tous humains et avons tous nos limites, mais lorsque l’on se retrouve dans une impasse, on ne doit jamais oublier la lumière qui brille au bout du tunnel », déclare Cava.

Le groupe avait coutume de se faire appeler Mustard Seed (« Le grain de moutarde »), un nom profondément ancré dans leurs croyances religieuses, puis ils optèrent pour Street Survival (« La survie dans la rue ») afin de reVléter plus fidèlement leur engagement vis-à-vis des jeunes de Suva, qui tentent de survivre dans les rues de la capitale. Récemment, le groupe a consacré beaucoup de temps et d’énergie pour venir en aide à la Wheelbarrow Boys Association. Street Survival a fait don de 150 exemplaires de Totolo Kusa à cette association afin d’en aider les membres, qui sont pour la plupart originaires des classes sociales les plus pauvres. C’est ainsi que ces musiciens ont choisi de montrer leur attachement à cette communauté et ses problèmes, par lesquels ils se sentent véritablement concernés.

« On espère que ces CDs vont les aider. On les laisse se charger de la vente, mais l’ensemble des bénéfices leur reviendra », dit Cava.

 

Street Survival compte normalement huit membres actifs, dont le noyau comprend Waisea Raiboso, Kameli Yacatini, Mosese Viritani et Emosi JNR. Le leader Raiboso, qui est aussi le compositeur de l’album, reste confiant et convaincu qu’ils sont sur le bon chemin, au regard du composant original et puissant qui forge leur musique. Précédemment, l’ensemble musical avait déjà sorti deux albums sous les noms de Mustard Seed et Faith Brothers. Doté d’un package professionnalisé, ce 
nouvel album a été produit, réalisé et édité par
 Roland Di Rosa dans un « home studio » situé à Nasinu : cette nouveauté témoigne de l’ évolution actuelle du groupe, qui passe des studios d’enregistrement traditionnels a une plus petite structure de production, histoire de tenter sa chance dans une nouvelle formule.

Avec ses dreadlocks, Cava aurait tout à fait sa place dans une production de reggae classique, mais au cours des dix dernières années sa stratégie consistait à employer la musique jamaïcaine pour répandre le gospel et le transmettre aux plus jeunes générations Fidjiennes. C’était là un plan bien pensé, puisque de nombreux jeunes du pays gravitent désormais autour des semblables de Bob Marley et Lucky Dube.

« Le reggae a toujours été une influence majeure dans ma vie, et ce depuis mes plus jeunes années. J’ai grandi et baigné dans la musique de Rootstrata et Exodus, et ces groupes m’ont effectivement inspiré dans ma carrière musicale », dit Cava, qui a écrit l’ensemble des 8 titres de l’album. « La musique de cette période est inoubliable, et elle m’a vraiment inspiré l’écriture de mes propres chansons »

Street Survival est revenu en début d’année d’une tournée de 3 semaines en Nouvelle-Calédonie, ce qui a contribué à construire la renommée régionale du groupe. Au cours de cette tournée, le groupe a interprété un mélange de reggae plus conventionnel et de gospel. Jusqu’à présent, Street Survival est peut-être un groupe de gospel, mais ils envisagent, avec le temps, une transition obligée vers un marché plus mainstream avec le temps. Indépendamment de leurs racines religieuses, la réalité du terrain pour les musiciens à Fidji pose nécessairement le problème d’une base de revenus solide : par ailleurs, ils sont tous pères de familles, ce qui rend la question d’autant plus inévitable. Cette transition sera sans aucun doute accueillie avec joie par les légions de fans de reggae à Fidji, qui attendent avec impatience la renaissance d’un reggae fidjien, dans le sillage de Rootstrata et Exodus.

 

 

 

 

 

Plus dans cette catégorie : « Going troppo

Mangrove sur les ondes du Pacifique